Mange ta rue

Après avoir voyagé un peu et mangé beaucoup à travers le monde, je me suis demandé pourquoi il n’existait pas de cuisine de rue à Québec. Toronto et Montréal semblent pourtant avoir emboité le pas! L’idée est excellente mais peut-on l’appliquer à notre réalité ?Pour ceux qui doutent de l’impact de la bouffe de rue sur le dynamisme d’une ville, il suffit d’aller dans n’importe quel marché de nuit en Asie pour être émerveillé par ce phénomène. Imaginez un quadrilatère complet submergé d’une foule hétéroclite qui mange, boit et achète toute sorte de babioles, assiste à des spectacles, le tout bercé de musiques différentes qui se superposent les unes aux autres. Il s’agit là d’un chaos enivrant que l’on voudrait bien revivre ici parfois, à la maison.Comme tout le monde semble d’accord sur le sujet, j’ai regardé l’envers de la médaille en lisant le Mémoire sur la cuisine de rue de l’Association des restaurateurs du Québec.

Ce document a été rédigé avant l’adoption de la politique de gestion de la cuisine de rue par la Ville de Montréal. Il fait mention des différents problèmes reliés à cette pratique dans un contexte nord-américain. L’expérience de Toronto est éloquente. Le projet-pilote a été considéré comme un échec par un rapport d’analyse. De façon générale, le problème en est un de justice commerciale. Il en coute dix fois plus cher pour ouvrir un restaurant de taille moyenne qu’un «camion» de bouffe. Sans compter les frais de gestion et de contrôle, les marges de profit extrêmement faible des restaurateurs, etc… Le danger dans toute cette affaire, c’est d’affecter une industrie déjà très saturée et fragile. Il faut également accepter une certaine part de laisser-aller pour que ce phénomène puisse fonctionner avec succès. Le contexte de compression budgétaire actuel est défavorable à un projet dont les coûts de fonctionnement dépassent largement les revenus générés. Le plus simple pour l’instant serait d’opter pour des camions «vitrine» de restaurants déjà existants.

Pour moi, la vraie cuisine de rue est une cuisine maison transportée (sur un chariot à roulette) et offerte dans un lieu public à tous par n’importe qui! De la gastronomie, des trucs simples mais aussi des découvertes! Il faut que l’offre soit variée et pour éviter la concurrence déloyale, elle pourrait être disponible par exemple dans des évènements tels Saint-Sauveur en fête ou Cuisinez St-Roch (photos) et pourquoi pas durant la nuit, quand tous les restaurants environnants sont fermés!

Un soir en Thailande, j’ai mangé des bouchées dans la rue en regardant un spectacle local. J’ai été malade comme un chien. Il faut se rappeler qu’ici, quand la ville autorise sur la voie publique une activité commerciale et qu’un tel incident se produit, il peut y avoir des risques de poursuite. Tout n'est pas aussi simple ici que là-bas.Une chose est sûre, on n’a pas fini de parler de la cuisine de rue et j’ose rêver du jour où je pourrai sortir mon BBQ au coin de la rue Bayard pour offrir de délicieux burgers!