Les coups de cœur du Marché (6) : L'Héritage de Maéli | 3 août 2016 | Article par Jean Cazes

L'Héritage de Maéli au Marché Saint-Sauveur. 30 juillet 2016.

Crédit photo: Jean Cazes

Les coups de cœur du Marché (6) : L'Héritage de Maéli

L'Héritage de Maéli est présent au Marché Saint-Sauveur depuis l'inauguration en 2013. Rencontre le 30 juillet dernier avec l'agronome Élise Gosselin, co-propriétaire de la petite ferme de Sainte-Famille, sur l’île d’Orléans.

Pouvez-vous nous décrire brièvement votre entreprise et vos spécialités ?

Mon associé et moi avons fondé L'Héritage de Maéli - pour Marc-André et Élise - en 2001. Nous produisons surtout des petits fruits, principalement le bleuet en corymbes. On a choisi cette variété parce qu'elle est très peu exigeante en usage de pesticides. Comme pour nos autres cultures, nous travaillons fort à maintenir la santé du fruit en misant sur ses propres défenses face à la maladie et les insectes. On produit aussi un peu de framboises et une variété de cerises qu'on appelle griottes, beaucoup plus sucrées que la cerise de Montmorency, mais un peu moins que celle de France : sous notre climat, c'est le mieux qu'on puisse faire.Cela dit, comme nos produits ne passent pas par des intermédiaires, ils sont extrêmement frais et goûteux. Nous voulions explorer des marchés de niche plutôt que de masse dans l'idée d'être proche des gens, même si ces cultures particulières représentent pour nous un certain défi technique.

Comment avez-vous appris l’existence du Marché Saint-Sauveur ?

Des cueilleurs à notre ferme habitant le quartier Saint-Sauveur nous avaient informés, à l'époque, du projet de marché. Ça nous avait intéressés dès le départ parce qu'on réalise nos ventes directement dans les marchés publics de la région, comme celui-ci à toutes les semaines et celui de Limoilou où nous serons en poste à partir du 7 août.

Quels produits particuliers exposez-vous à votre kiosque ?

Nous en avons plusieurs dont nos confitures préparées à la Conserverie du quartier de Limoilou, denses en fruits qui ont comme caractéristiques d'être mûris et cueillis sur le plant pour plus de saveur. Nous offrons aussi du miel provenant de nos cinq ruches.

Qu’appréciez-vous spécialement dans ce marché ?

Avant tout, le contact avec les gens du quartier. Ils aiment les agriculteurs, et comme nous sommes la plupart du temps dans nos champs, ça nous fait du bien de jaser ! Ils sont contents que nous travaillions pour eux, posent des questions, s'intéressent à ce qu'ils mangent, et on développe mutuellement une belle relation d'intimité et de confiance. Et bien sûr, il y a aussi l'ambiance bon enfant du marché avec ses petites tables à pique-nique.C'est sûr qu'il faut bien qu'on gagne notre croûte, mais nous apprécions vraiment cette qualité de vie qu'on trouve exceptionnelle autour du Marché Saint-Sauveur !

Publicité

À lire aussi : Les coups de coeur du Marché (5) : Les Jardins de l’Apothicaire.